Contenu

x

Moteur de recherche interne

ComUE ComUE

Accueil > Campus > Culture > Campus des arts

Accéder au plan complet du site

Art et architecture

Sculptures, fresques, tapisseries, néons etc signés par Calder, Morellet, Szekely, Lipsi et bien d'autres... des bâtiments inspirés de Le Corbusier, Walter Gropius (Bauhaus) et Franck Lloyd Wright... de multiples expressions artistiques foisonnent dans les espaces universitaires de l'aggomération grenobloise.
 Le domaine universitaire se distingue à la fois par l'intelligence de sa conception architecturale et par son parc de sculptures, unique en France. L'architecture est à comprendre d'un triple point de vue : urbanistique, historique et organique. Sur le plan de l'urbanisme L'architecte en chef, Georges Bovet, a conçu son projet sur le modèle d'un village, selon un schéma d'organisation assez simple rappelant dans ses grandes lignes celui de la ville antique : une grande place centrale dallée, un axe principal orienté est / ouest qui traverse le domaine de part en part, et un îlotage des bâtiments par spécialité (Lettres, Sciences Humaines, Sciences Physiques, etc.) ou par destination (résidences). Du point de vue historique L'ensemble est dominé par quelques uns des principes chers à Le Corbusier : immeuble sur pilotis, toit-terrasse, béton brut de décoffrage, loggias, brises-soleil, etc. Toutefois, la façon de lier les bâtiments entre eux par des passerelles formant portiques, le tracé contrarié de certains plans, le dessin très linéaire d'un volume, la transparence résultant du vitrage ou encore le jeu associé du béton, de l'acier et du verre, évoquent le souvenir de Walter Gropius et celui de son oeuvre maîtresse en Allemagne : le Bauhaus de Dessau. Même le passage à Grenoble de l'ingénieur militaire, Vauban, est discrètement rappelé dans la forme de glacis imprimée aux talus en pierres sèches qui bordent la grande place centrale. Cela dit, ces présences de l'Histoire ne sont pas de banals pastiches, mais autant de citations au service d'un texte d'une rare cohérence d'écriture et de style. Sur le plan organique La leçon de Franck Lloyd Wright se révèle dans le dialogue, aussi riche que pertinent, établi entre l'architecture et l'environnement naturel dont la forte identité géo-morphologique ne pouvait être ignorée. Le visiteur est tout d'abord frappé par l'importance des espaces verts et la luxuriance de la végétation. Leur fonction est triple : agrémenter le site et constituer des zones de respiration vitales entre les bâtiments ; favoriser tout à la fois la détente et la méditation ; instaurer un lien vivant entre la matérialité de la chose construite, l'homme et le milieu environnant. Si les immeubles se caractérisent par leur horizontalité relativement affirmée, c'est pour s'accorder à la platitude de la vallée du Grésivaudan. En retour, les formes courbes et accidentées du cirque de montagnes compensent optiquement la rigidité de la ligne droite ; on peut même les reconnaître ici ou là dans les plans tronqués d'un volume ou la surface gauche d'un toit. Quant au bois traité en parement, il évoque bien sûr l'aspect du chalet alpin, tandis que les galets du Drac, employés dans divers murets ou en drains de fondations, rappelent un élément de la géologie locale. Les oeuvres Les oeuvres des différents campus (domaine universitaire, domaine de la Merci, Institut de la communication et des médias, Cité des territoires) sont nées de la loi du 18 mai 1951 sur le 1% culturel. L'ambition de cette loi est triple : promouvoir la création artistique, mettre en contact la population avec la production la plus récente, intégrer les arts plastiques à l'architecture et à notre environnement commun.Aujourd'hui, le site universitaire de Grenoble, véritable "musée sans murs", compte une quarantaine d'oeuvres d'art. Visite virtuelle des oeuvres d'art : Campus des arts Texte de Danielle Moger
Mise à jour le 28 février 2008

Membres
Associés renforcés
Associés simples